Pressez F11 pour passer en mode Plein écranUtilisateur non enregistré (scores non mémorisés) Identification
AMI Collège [www.amicollege.com] Sommaire » Balades mathématiques » A la conquête des nombres : l'apparition tardive des décimaux (6/8)
 Bienvenue sur AMI Collège ! Identifiez-vous si vous êtes un utilisateur enregistré.
A la conquête des nombres : l'apparition tardive des décimaux
[1][2][3][4][5][6][7][8]
Quand on écrit un nombre entier on utilise un chiffre pour les unités, un chiffre pour les dizaines, un chiffre pour les centaines, etc. Et le chiffre prend différentes valeurs suivant sa position dans le nombre : 777 signifie 7 centaines + 7 dizaines + 7 unités.
Ceci s'appelle la numérotation de position : elle facilite l'écriture des nombres ainsi que les opérations (essayez de faire une multiplication avec des chiffres romains !).
Stévin Au fil du temps, les mathématiciens ont remarqué que les opérations sur des nombres non entiers seraient également facilitées si l'on avait un chiffre pour les dixièmes, un chiffre pour les centièmes, etc.
Mais les nombres décimaux ne sont apparus que tardivement ! Leur écriture actuelle a seulement été introduite au XVIème siècle par les mathématiciens européens. C'est alors que le flamand STEVIN, vers 1580, publia un traité complet sur l'usage des nombres décimaux. Puis, au début du siècle suivant, le hollandais Willebrordus SNELLIUS introduit la notation avec une virgule que nous utilisons aujourd'hui.
Snellius
Les nombres décimaux ne sont que des nombres rationnels particuliers.
C'est à dire que tout nombre décimal peut s'écrire sous la forme d'une fraction : par exemple 76 dixièmes).
Mais les nombres décimaux ont un grand intérêt pratique car ils fournissent des valeurs approchées pour tous les autres nombres, rationnels ou irrationnels (par exemple, on prend souvent 3,14 pour π et 1,414 pour racine carrée de 2).
Page précédente|Page suivante|Retour au menu