Pressez F11 pour passer en mode Plein écranUtilisateur non enregistré (scores non mémorisés) Identification
AMI Collège [www.amicollege.com] Sommaire » Accueil - Divers » Informations générales » Bilan expérimentation 2004
 Bienvenue sur AMI Collège ! Identifiez-vous si vous êtes un utilisateur enregistré.
Compte-rendu d'une action pédagogique innovante menée à la rentrée 2004.
Constats au cours de l'action
Prise en main
Environ 3 heures ont été consacrées à la présentation de l'expérimentation, aux principes de fonctionnement, à l'utilisation de la salle informatique, à la description du clavier, à la découverte du site AMI Collège, à l'explication des consignes de travail... Ce temps, ajouté au passage des tests d'évaluation à l'entrée en Sixième, fait que le démarrage réel du travail en a été retardé.
Respect des consignes
Les élèves se sont appliqués à suivre les consignes données, conscients que de leur application dépendait la suite donnée à l'expérimentation. J'ai dû reprendre à l'ordre quelques élèves qui ne travaillaient pas comme attendu :
¤ exercices non cherchés dans le cahier avant la saisie informatique ;
¤ correction incomplète, non rédigée ou non prise en vert.
Mais les collègues ont établi pour ces mêmes élèves un constat identique dans leur matière, donc c'était tout à fait normal. Passé un temps d'assimilation, les élèves ont bien intégré le fonctionnement du site AMI Collège.
Intérêt des élèves
Les élèves ont fait preuve, comme espéré, de beaucoup de motivation, l'outil informatique ayant exercé un attrait indéniable (ils voulaient travailler de la même façon dans les autres matières !). De leur propre volonté, certains ont travaillé le calcul mental (afin de gagner des étoiles...) en dehors des heures de cours (depuis le CDI ou depuis chez eux). De plus, pour des élèves en début de Sixième, je les ai trouvés bien autonomes.
Gestion du temps
Le principal souci rencontré a été une relative lenteur pour progresser dans les chapitres. En effet au bout des 10 semaines de travail seuls trois chapitres, certes denses, ont été terminés :
¤ nombres entiers (écriture, comparaison, addition, soustraction, multiplication, division euclidienne, enchaînements simples, mesure du temps)
¤ bases de la géométrie (vocabulaire et notation, reporter une longueur, position de deux droites, propriétés et constructions)
¤ nombres décimaux (écriture décimale, fractions décimales, mesures et conversions, comparaison, addition, soustraction, équations)
J'ai relevé plusieurs causes à cela :
¤ Certains élèves sont extrêmement lents à écrire
¤ Certains élèves tâtonnent avec la souris et le clavier
¤ Les élèves passent beaucoup de temps à chercher leurs erreurs
¤ Le travail est complet et le nombre de réponses à fournir est relativement important
Cela m'a conduit à cibler les élèves les plus en retard afin de leur imposer du travail pour la séance suivante (tout en laissant les autres gérer leurs devoirs). Cela va aussi m'inciter à reprendre (oui mais quand...) les chapitres afin d'apporter quelques modifications :
¤ Raccourcir les pages de cours au maximum afin d'aller à l'essentiel (une difficulté pour moi est que AMI Collège est lu tant par des élèves que par leurs professeurs : il est difficile de se mettre au niveau des premiers sans heurter la sensibilité des seconds...).
¤ Guider davantage l'élève à trouver son erreur ; ainsi quand l'élève donne les résultats de cinq calculs, lui indiquer lequel est incorrect afin de lui éviter de tous les vérifier.
¤ Séparer la correction en deux parties : raisonnement oral et correction écrite afin que l'élève puisse prendre une correction succincte tout en ayant les explications nécessaires pour y parvenir (actuellement c'est à eux de faire la part des explications et de la correction à prendre... ce qui n'est pas évident).
Enfin il faut bien prendre conscience d'un fait : quand le professeur avance avec sa classe, c'est souvent au rythme des élèves qui participent... et qui comprennent. J'ai réalisé au cours de cette expérience que les élèves ont besoin de beaucoup plus de temps qu'on ne s'imagine pour chercher un travail (alors que pour le professeur c'est facile, il a déjà la solution en tête et il pense qu'il en est presque de même pour ses élèves...).
Acquisition des notions
Des élèves butent sur des questions mais comme pour un cours 'classique'. L'avantage ici c'est que l'on peut venir en aide à ceux qui bloquent pendant que les autres continuent à travailler. Encore faut-il que ces élèves interpellent l'enseignant : en général ils veulent se débrouiller seuls et il faut insister pour proposer de les aider, par exemple en leur disant qu'il est dans leur intérêt que la réponse mémorisée soit bonne.
Les évaluations des compétences se sont soldées par des résultats tout à fait normaux. Les résultats étaient mêmes positifs au vu des difficultés de compréhension de certains ; le fait que ces élèves soient allés à leur rythme a dû les aider.
Il en est de même concernant l'apprentissage du cours. Que ce soit le professeur qui demande d'apprendre le cours, ou que ce soit le site qui l'affiche régulièrement, pour que les élèves sachent leur vocabulaire il est nécessaire de faire des interrogations régulières sinon une majorité ne fait pas l'effort nécessaire demandé.
J'ai parfois été heurté de voir des élèves, y compris de bons élèves, simplement regarder en haut de la page s'il était écrit juste ou faux puis passer à la page suivante ou à la question suivante en zappant complètement les explications ou les remarques données. C'est cependant le même phénomène qui se produit en classe, sans doute à plus grande échelle, quand le professeur donne des explications et que seule une poignée d'élèves écoute...
Pour les élèves, la priorité, ce sont les exercices. Ensuite vient le cours, mais uniquement parce que l'enseignant insiste régulièrement sur son importance. A force de rediriger vers leur cours des élèves qui bloquaient sur un exercice, j'ai l'impression que certains ont acquis le réflexe de s'y référer. Enfin, je pense que les élèves n'ont pas assez compris l'importance des activités proposées. En général ils les survolent et se trouvent ensuite démunis devant les exercices. Ainsi, je me questionne quand, après une activité qui permet de découvrir comment comparer des nombres décimaux, je constate qu'un élève n'a retenu aucune des deux méthodes expliquées. Il faut faire prendre conscience aux élèves que les activités donnent des outils qui permettent ensuite de résoudre les exercices.